La tristesse, cette émotion pleine d’illusion et de tendresse.

Photo mer soleil levant, femme devant avec pluie et petits soleils au trait

Lettre à mon ange – un soir de décembre

Une histoire d’amour pleine de larmes

« Mon ange, je vais te raconter une histoire d’Amour. Une histoire qui a bien mal commencé, sur un malentendu. En effet, je croyais que la tristesse était une semeuse de mélancolie. Je pensais que je devais la fuir sous peine d’être malheureuse toute ma vie et qu’elle m’enlise dans ses marécages obscures. Je pensais que ma tristesse s’accrocher à moi pour me rappeler combien j’avait mal. Je devais la fréquenter le moins possible si je voulais continuer de ressentir de la joie. J’avais tord…

A l’approche de l’automne, la tristesse m’a submergée comme chaque mois de novembre. Effectivement, à l’accoutumé depuis ton décès, d’octobre et jusque fin décembre, la tristesse me tiraille, m’assaille, me met K.O. Elle m’irrite et finit par me submerger. Je pleure en cachette, j’agresse ceux qui m’entoure, je fuis ceux qui m’aiment … Vois-tu, depuis ton départ pour les cieux, j’ai du mal avec cette fichue émotion. Elle m’empêche de vivre, …. vraiment n’est-elle là que pour m’accabler et me mettre à genoux ?

Mais cette fois, c’était différent des années précédentes : je la sens revenir comme chaque année et je me sens résignée : « allons donc, te voilà, déjà,… » Je me surprends à ouvrir mes bras, bien décidée à l’accueillir. Puisqu’elle est mienne, pourquoi me fâcher lorsqu’elle arrive ? De toute façon, elle est récurrente et je n’y échapperais pas cette année encore. Et puis, c’est un peu moi cette tristesse, après-tout, elle a sûrement besoin de réconfort en cette période éprouvante …

Au lieu de lui faire face, comme à l’accoutumé, je prends donc ma tristesse par la main. « Faisons un bout de chemin ensemble, viens te blottir contre mon cœur, il est prêt. » Oui, je le sens, il est temps de prendre en main ma tristesse. Mais que n’ai-je donc pas fait là ? Complètement inconsciente de mon geste et des conséquences !!!

C’est alors que ma tristesse me submerge : Des tsunamis répétés et incessants durant les mois de fin d’année ! Mais impossible de la repousser maintenant, pas de marche arrière envisageable. De toute façon cœur est bien décidé à la laisser passer, coute que coute. Il est têtu mon coeur : il sait mon coeur, il sait ce dont j’ai besoin et ce dont je suis capable.

Cette fois, je ne retourne pas mon mal-être vers les autres, ou en tout cas beaucoup moins. Je ne me décharge pas sur ton papa ou pire sur ta soeur bien aimée. Non, mon cœur, je le sens, sourit au milieu de mes sanglots. C’est vrai que j’ai compris quelques mois auparavant que la vie est émotions et qu’elles devaient s’exprimer. J’en fais l’expérience douloureuse maintenant avec un mélange de douceur amère. Cependant, je sens aussi mon cœur battre, battre comme jamais. De peur ? De colère ? Pas seulement : d’Amour surtout !!! Et oui, le fait d’ouvrir la porte à ma tristesse, a également ouvert les portes à tout le reste et surtout le plus beau.

« Même si elles ne pèsent presque rien, les larmes soulagent d’un poids immense. Un poids qui comprime le coeur. »

Anne-Dauphine Julliand dans – Consolation

Un histoire d’amour vrai

Néanmoins, au bout de 3 mois, je commençais à trouver le temps long. Malgré tous les progrès que je constatais : plus de sourires, plus d’envies, plus de partages … Chaque jour et chaque nuit, la tristesse restait fermement à mes côtés. Bien décidée à l’assumer : il semble que je sois aussi têtue qu’elle 😉 « Viens tristesse, tu es toujours là ? Viens je t’emmène, ne lâche pas ma main, elle est tendue pour toi. Viens contre mon cœur, nous allons pleurer ensemble aussi longtemps que nous en avons besoin. » Après tout j’en ai bien besoin, tu le sais, toi mon ange, toutes les larmes qui ont fleuri en moi. Et ma tristesse sait m’écouter et me bercer… Oui, les vagues se sont adoucies, pour finalement m’accompagner comme le long d’une rivière de larmes certes, mais de vie surtout. Alors ma tristesse est là maintenant, toujours avec moi … et mon cœur ? Il bat ! Je le sens et je ressens la lumière à l’intérieure, émaner et briller. C’est un sentiment incroyable, la conscience de cet Amour inconditionnel, jaillir de mon cœur et tout autour de moi. Comme si le fait d’avoir ouvert mon cœur, l’a formidablement agrandit. En fait, j’ai l’impression qu’il est maintenant infiniment grand … L’amour circule enfin et ma tristesse s’est faite bien douce finalement.

En fin de compte, ma tristesse que je croyais dévastatrice, que je fuyais de peur d’y tomber, m’a finalement permise de vivre l’amour qui est en moi. Toute la compassion que j’accorde aujourd’hui à mes émotions, me permet de mieux percevoir toute la compassion de l’univers.

Ouvrir son cœur à ses émotions, permet de mieux ressentir celles qui nous entourent, nous pénètrent, celles qui naissent en nous et nous guident vers et dans l’amour inconditionnel.

Et le temps de la joie est là

Et je vécue heureuse, entourée de mes émotions, chacune à sa place. »

FIN 🙂

J’espère que cette histoire t’a plu mon ange. Merci à toi sans qui ces larmes d’amour n’auraient jamais illuminées mon coeur. Bises de ta Maman qui t’aime tant. »

L’épilogue du coeur

J’espère que mon témoignage apportera douceur et espoir aux coeurs les plus meurtris. Car quelque soit la hauteur de la souffrance, la joie est son équivalent.

« Je n’ai pas peur d’accueillir ces larmes où quelles surviennent. Elles disent ce que je vis en cet instant : une peine qui a besoin d’être vécue ». … « Je pleure aussi longtemps que dure ma peine. Mais pas plus. »

Anne-Dauphine Julliand dans Consolation

Vivre sa tristesse est primordial et fait pleinement parti de la vie. Cela n’est pas vivre dans la tristesse mais savoir l’accueillir au bon moment et la laisser s’exprimer. Pour enfin, s’autoriser à vivre toutes nos émotions, celles de joie et d’amour intense qui n’attendent qu’à illuminer nos coeurs.

Cet article témoignage fait bien écho à la chanson « Loimata e maligi »

Sentez-vous libres d’ajouter votre témoignage, votre vécu et vos réflexions ci-dessous. De tout coeur avec nous tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Lettre d'information

Restons en contact : Recevez les derniers témoignages publiés, les réflexions, les ressources, les prochains évènements programmés et les nouvelles du projet Mon Coeur bat-il encore ?

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Je souhaite participer au projet

Je souhaite témoigner, participer à une conférence ou à un débat. Je propose des ressources, des outils et moyens que j’ai expérimentés en tant que parent et/ou professionnel. Je désire échanger sur un thème en particulier et partager mes réflexions personnelles.

Merci de votre engagement, je vous contacterai dans les plus brefs délais par téléphone afin d’échanger sur vos souhaits et envies.